2009, premières controverses

Scrum, XP, etc…

Les utilisateurs français de Scrum

Y en a plein dans le Sud-Ouest

LeMondeInformatique parle du lancement du SUG. Bon, je suis correspondant en province région sud-ouest. Amis scrummeurs du sud-ouest, manifestez-vous ! Moi, je vais avoir bientôt un beau retour d’expérience Scrum à raconter, celui qui sera présenté à la prochaine manifestation de la SigmaT.

La gestion des bugs dans le projet IceScrum

Selon le type de bugs

La gestion des bugs, ou plus exactement des défauts, varie selon les projets. Même si l’objectif ultime avec une méthode agile est de ne pas avoir de défauts dans le code, dans la vraie vie des projets il y a toujours des défauts. Et il faut s’en occuper, en gardant à l’idée que c’est moins cher de les corriger tôt que tard.

Je vais vous raconter comment nous traitons les défauts sur le projet de développement de l’outil IceScrum, dont je suis le Product Owner.

IceScrum pour IceScrum

Eat your own dog food

Jusqu’à récemment et faute de disposer d’un serveur, l’équipe IceScrum utilisait GoogleDocs pour gérer le projet — à la Scrum — avec les backlogs en ligne. C’était limité. Maintenant on utilise IceScrum (R2#11) comme outil pour le développement du produit IceScrum. C’était toujours la question à l’époque où je travaillais chez un éditeur qui vendait des outils de génie logiciel : est-ce que vous avez utilisé votre outil (par exemple Asa ou Geode ou STP) pour le développer ?

Usages de Scrum

Chaque équipe définit son propre usage

La semaine dernière j’ai eu l’occasion de connaître des usages de Scrum dans des sociétés où j’étais intervenu il y a quelques semaines ou quelques mois pour des formations et du conseil. Chacune poursuit l’utilisation de Scrum en fonction de son contexte, à partir de la base que j’ai enseignée. J’ai appris que de nouveaux usages s’étaient mis en place, à l’initiative des équipes qui pratiquent Scrum. Dans une des ces sociétés, chaque sprint a un nom de code, plutôt qu’un numéro et possède sa chanson.
Un pomodoro, des pomodori

Un pomodoro, des pomodori

Le retour des tomates, au cœur de l'hiver

En janvier, j’ai essayé Getting Things Done. Les Mêlées a raconté son expérience et il en est content. J’ai lu le livre de David Allen. J’ai tenté de l’appliquer. Comme je ne suis pas très papier, je n’ai pas pris l’option dossiers avec des chemises. J’ai essayé GTD inbox, un module complémentaire de Gmail. Au bout d’une semaine, le constat était plutôt mitigé. Trop compliqué, ça ne me convainc pas.

L'esprit agile sur Marseille

Massilia

J’aurai le plaisir de participer, avec Thierry, à la première(?) manifestation publique sur l’agilité à Marseille. Ce sera le 17 mars. C’est Karine et ViaXoft qui sont à l’origine de cette initiative. Tous les renseignements sur le blog de la manifestation. L’esprit agile va souffler. Avec la force du mistral ? La chanson du jour, c’est Rendez-vous à Marseille. Bon, Massilia c’est pas du rock, mais c’est bien quand même.
IceScrum R211

IceScrum R211

Enfin disponible dans les bacs !

Une nouvelle version d'IceScrum est enfin disponible. En fait l’équipe produit des versions utilisables à la fin de chaque sprint et la diffusion des versions pourrait suivre ce rythme. Depuis la dernière version publiée, plein de nouveautés visibles des utilisateurs mais aussi la mise en place de Maven et Hudson pour les développeurs. Justement voici les développeurs de l’équipe (les plus jeunes). Pour ceux qui souhaitent participer à l’amélioration d’IceScrum, n’oubliez pas que vous pouvez aider autrement qu’en écrivant du code.

Théorie Y

La transition d’une organisation à l’agilité est plus ou moins facile. Cela dépend du mode de gouvernance. La façon dont les managers gèrent leur organisation influe sur les comportements des personnes. La culture ainsi développée en fonction de la gouvernance a un impact très important sur la conduite du changement pour passer à l’agilité. En s’appuyant sur les théories X et Y, on voit l’analogie des principes de l’Agilité avec la théorie Y.
Les Ateliers de l'Agilité, pour qui ?

Les Ateliers de l'Agilité, pour qui ?

Apprendre en pratiquant

La meilleure façon d’apprendre les méthodes agiles, c’est de mettre en œuvre immédiatement les notions enseignées. Je vais faire une série de formations publiques proposées par Ekito et données en duo avec Jean-Marie Damas,. Sessions à venir : Toulouse 12 et 13 mars 2009, Paris 27 et 28 mai 2009, Toulouse 28 et 29 septembre 2009, Paris, 23 et 24 novembre 2009. Détails et inscriptions. La formation s’appelle les Ateliers de l’Agilité, volet 1
Le nouveau kit du formateur agile

Le nouveau kit du formateur agile

Pour timeboxer

Mon kit pour les formations contient toujours les cartes de planning poker, des notes collantes et des fiches bristol, comme le précédent, mais il s’est enrichi avec : l’éventail qui fait du bruit, pour réclamer le silence après une discussion. C’est un accessoire que j’ai eu lors d’un match du Stade Toulousain, Au Stadium, cela permet de rythmer “on vient, on gagne et on s’en va”. le pomodoro que je viens de recevoir, qui permet de “timeboxer” les ateliers.

Le contexte et réciproquement

L'adaptation au contexte ne doit pas être un prétexte au n'importe quoi

Dans son dernier billet, Thierry rappelle que si l’agilité doit s’adapter au contexte, il ne faut oublier le vice-versa. Bien sûr quand une équipe passe à l’agilité, elle doit s’y adapter. Cela signifie qu’elle adhère aux valeurs et aux principes. Elle va également apprendre la mise en œuvre de pratiques agiles. Tout ça, c’est du changement et Thierry a raison de le rappeler : il faut commencer par adapter l’équipe à la culture agile qu’elle doit acquérir, si elle ne l’a pas encore.

Plus de 6000 visites par mois

Le double en 6 mois. En aout 2008, j’étais content et fier d’annoncer plus de 3000 visites par mois. Là je suis passé à un rythme de 6000 depuis le début de l’année ! Le passage à Dotclear2 et le changement d’apparence du blog (merci à Damien) qui l’a accompagné sont une raison de cette croissance. Le nombre de sites référents une autre (merci à mes camarades de blog[1]). Mais l’intérêt croissant pour Scrum en France est probablement la raison majeure de l’augmentation des visites sur mon blog.

Scrum en France

Scrum in France mais in French ! Le 19 mars c’est le lancement du SUG français. Le groupe qui accueille les utilisateurs français de Scrum compte maintenant plus de 200 membres[1] et sa croissance se poursuit régulièrement. J’ai été invité à venir faire une présentation lors de la soirée inaugurale. Comme Jeff va présenter Scrum around the world, je me suis dit que Scrum en France serait un bon titre.

Gagnant-gagnant pour un contrat au forfait

Money for nothing, en version française

Une des présentations du prochain SigmaT, le 9e, sera : Quel contrat pour mon projet ?

La contractualisation agile, c’est un sujet très demandé. Cela ne concerne pas tout le monde, mais ceux qui sont impliqués dans un contrat au forfait, soit du côté client, soit du côté fournisseur, y sont très sensibles.

Se passer de la MOA ou se passer de l'agilité ?

En tout cas, on ne peut pas se passer des utilisateurs

N. est une commerciale dynamique qui vend, entre autres, de la méthode agile. Elle me raconte qu’une administration qu’elle a prospectée lui a répondu : Non. On ne peut pas appliquer les méthodes agiles chez nous, parce que nous ne pourrions pas impliquer suffisamment nos MOA. La personne qui a dit ça a bien compris que les méthodes agiles nécessitent une forte implication du “métier”, à travers le rôle de Product Owner.

Black-out contre Hadopi

Il y a encore de la place avec les 5 gus dans le garage. Hadopi, c’est comme ne pas impliquer les utilisateurs, tout le monde sait que c’est mal, mais on le fait quand même pour pas contrarier le chef.

Evènements en mars

C'est le printemps de l'agilité !

Voyez plutôt : le 17 mars l'esprit agile à Marseille le 19 mars (malgré la grève ?) le lancement du French SUG à Paris le 27 mars le neuvième SigmaT à Toulouse Et cette semaine, la première session à Toulouse des Ateliers de L’Agilité. Je crois qu’il reste encore quelques places pour toutes ces manifestations.
Transition à l'agilité et contexte des projets

Transition à l'agilité et contexte des projets

L'intelligence situationnelle favorise le succès. Comme au rugby

Dans la présentation Agilité en situation faite avec Philippe Kruchten pour l’Agile Tour 2008, nous avions comme attributs caractérisant le contexte d’un projet :

  • la taille du projet
  • la criticité de l’application
  • le modèle économique
  • la stabilité de l’architecture
  • la dispersion géographique de l’équipe
  • l’âge de l’application
  • le mode de gouvernance
  • le taux de changement
Backlog de formation

Backlog de formation

Into the egg

Le backlog des Ateliers de l’Agilité, sur une fenêtre de la salle de cours, dans les locaux de la galerie EXPRMNTL, au milieu de l’exposition de Charley CASE. Un atelier agile, cela produit une autre forme d’art contemporain :

Présentations à adapter à la situation

Dans les présentations que je vais faire cette semaine à Marseille et à Paris, je pensais évoquer l’analogie avec le rugby pour montrer qu’une idée venue d’ailleurs peut très bien s’adapter à la culture française. Et que la France, en développant ses propres forces, pouvait obtenir de bons résultats. Bon là, après la déroute lors du crunch de cet après-midi, ça va plus être possible de parler de french flair. Va falloir que je trouve autre chose.

Esprit agile, esprit critique

Ce soir l'esprit agile va planer sur Marseille. L’esprit agile est ouvert et critique. Il pousse à conserver ou développer une capacité de rébellion. D’ailleurs, le mouvement agile lancé par le Manifeste éponyme est l’œuvre d’une bande qui s’est définie elle-même comme étant des anarchistes organisationnels. Il porte en lui un esprit critique qui semble malheureusement avoir disparu dans quelques organisations, si j’en crois la lecture de la prolétarisation dans les sociétés informatiques.

Virée à Marseille

En Clio

Avec Thierry, nous étions invités par ViaXoft à causer agilité pour la première manifestation de l'esprit agile à Marseille. Toulouse - Marseille par la route avec la Clio de Thierry. Grand beau temps. On a pris les sandwiches, les lunettes de soleil (les maillots de bain ce sera pour la prochaine fois). Et même un passager clandestin[1] avec Jean-Marie qui nous a gentiment accompagnés, ce qui faisait un trio composé du président, du secrétaire et du trésorier du SigmaT.