Le post-it défie le temps

Le post-it a 30 ans et il est toujours agile

Le post-it défie le temps

Le post-it éternel !

Cet article (extrait du Monde je crois) que Josiane a envoyé à l’équipe TEC[1] ne parle pas des méthodes agiles, mais il aurait pu, tant le post-it est associé à leur usage : on reconnait tout de suite les équipes agiles avec leurs murs décorés de notes multicolores.

Avec l’essor de Scrum, je pense que les ventes de post-it ont augmenté. Certains suggèrent qu’il doit y avoir un marché pour le post-it réutilisable dans une optique de développement durable.

Ceux qui ont suivi mes formations ou travaillent avec moi sur des projets savent que je suis un grand adepte de la note collante. Comme Alexandre ou Bruno.

Sans pour autant rejeter l’usage d’un outil en complément.

D’ailleurs dans l’équipe dont Josiane est Product Owner, si les post-it sont utilisés intensivement pour le suivi des sprints avec les tâches et les obstacles, la gestion du backlog de produit, la planification de release et la production des indicateurs[2] sont faits avec IceScrum.

La preuve que je manipule bien le post-it avec cette photo prise par Marc lors de ma dernière formation à Paris.

Je manipule un post-it

Notes

[1] mais pas TOC

[2] le burndown chart de release, le graphe de vélocité, le burnup de produit et le diagramme de flux cumulé

Voir aussi