L'équipe agile : tapis volant, hétérotopie et confinement

Le confinement, une occasion pour chacun·e de réaffirmer librement son attachement au groupe ?

L'équipe agile : tapis volant, hétérotopie et confinement
Sommaire

Comment ce dessin de l’équipe sur un tapis volant s’est-il retrouvé dans L’art de devenir une équipe agile ?

En quoi l’hétérotopie aide à devenir agile ?

Est-ce que le confinement constitue une hétérotopie ?

De l’acronyme TAPIS au tapis volant

L’histoire a commencé pendant l’écriture de l’édition 5 de mon livre Scrum. C’était en janvier 2018. J’étais en train de revoir le chapitre 3.

Dans l’édition 4, il s’appelait Les gens de Scrum. Pour l’équipe, les caractéristiques présentées étaient les suivantes : taille, auto-organisation, pluridisciplinarité, stabilité et identité. Comme j’étais dans ma période acronymes, cela n’a pas été difficile en inversant l’ordre des 2 dernières d’arriver à TAPIS.

L’édition 5 de Scrum, pour une pratique vivant de l’agilité, a donc inclus page 37 l’acronyme TAPIS pour l’équipe.

Quelques mois plus tard, au début de l’écriture de L’art de devenir une équipe agile, j’ai repris cet acronyme dans le texte d’introduction au chapitre 2 L’équipe dans son écosystème. Ce texte initial était pour la première boucle d’itération avec Etienne Appert afin qu’il propose des illustrations.

Celle qu’il a créée pour cette page sur l’équipe figure plus haut. Une équipe sur un tapis volant. Je l’ai trouvé très belle, mais j’étais perplexe sur l’idée de magie qu’elle apportait.

Etienne m’a dit qu’elle lui était venue naturellement à partir de mon texte contenant TAPIS. Alors, pour essayer de m’approprier l’idée, j’ai recherché tapis volant sur wikipedia.

L’hétérotopie pour le devenir agile de l’équipe

Dans l’article wikipedia, l’interprétation symbolique de tapis volant cite Michel Foucault dans un texte pas vraiment limpide qui contient le mot hétérotopie.

Je suis attiré par le mot que je retrouve dans un article dédié et plus fourni.

Et là les choses se connectent dans mon esprit.

L’hétérotopie m’apparait un concept adapté à l’équipe en devenir agile. L’idée du lieu autre était sous-jacente dans les principes de l’agilité : le radiateur d’information, le tableau, l’espace de travail, etc.

J’ai vu sur le terrain comment les équipes qui avaient créé un espace de travail détaché du reste de l’organisation progressaient bien mieux. Dans un autre contexte, j’ai constaté avec les 10 sessions de Raid agile organisées avec Pablo comment une formation donnée dans un gite des Cévennes avait un impact extraordinaire sur les participant·es, bien plus fort qu’avec une formation classique.

J’ai donc introduit l’hétérotopie dans le chapitre, page 35, comme concept favorisant la formation d’une équipe et je l’ai décliné dans les pages suivantes.

Le confinement est-il une hétérotopie ?

Les recommandations données par les agilistes depuis des années sont allées dans le sens de la co-localisation d’une équipe. Avoir les personnes de l’équipe dans le même espace facilite les relations entre les membres et c’est particulièrement important lors de la constitution de l’équipe.

Cependant les agilistes savent aussi que le travail à distance existe et qu’il prendra de plus en plus d’importance, c’est pourquoi on trouve beaucoup de recommandations, d’articles pour une équipe avec des personnes en remote.

Avec le confinement, le travail à distance n’est plus l’exception, il est imposé à toutes et à tous.

Quel impact sur l’équipe agile ?

Le klub de lecture de jeudi — à distance bien sûr — portait sur un article de Philonomist “Esprit d’équipe es-tu là ?”

La 2e partie de l’article suggère que le confinement peut forger un esprit d’équipe, plus que le babyfoot et les exercices de team building.

Le témoignage d’Anthony lors de ce klub de lecture a montré que, pour une équipe déjà agile (et dans son cas avec la pratique du mob programming), l’impact du confinement est restreint voire nul sur sa production.
Dans d’autres cas, il y a besoin d’une période d’apprentissage. Apprendre à travailler chez soi, apprendre les outils de collaboration, créer de nouvelles formes de relation.

Il me semble qu’une équipe agile — qui a donc déjà mis en place des rites, possède des atouts pour sa résilience pendant le confinement.

Pour chaque membre de l’équipe, le travail pendant le confinement se fait dans un lieu autre, une hétérotopie individuelle donc. Est-ce que l’ensemble de ces lieux reliés par les outils de communication forme une hétérotopie d’équipe, de nature à maintenir, voire renforcer l’esprit d’équipe ?

L’article de Philonomist suggère que cela peut être la chance pour chacun·e de réaffirmer librement son attachement au groupe. Nous étions plusieurs à y croire lors du klub de lecture. Sans ignorer les énormes problèmes qui se posent à beaucoup.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Quelle est votre expérience du travail en équipe confinée ?